LES TOMATES font leur show !

 

 

 

La belle écarlate est la reine du lycopène, un antioxydant très puissant, capable d'éloigner les maladies...

Consommée dans le monde entier, cette jolie charnue, cultivée dès le XIIe siècle par les Incas sur les plateaux des Andes, nous a été rapportée par les conquistadors. Mais sa célébrité n'a pas été simple à conquérir, puisqu'au XVIIIe siècle, elle est « un péché », car considérée comme aphrodisiaque par les religieux et comme aliment toxique par les scientifiques ! Fort heureusement, ceux-ci ont largement eu le temps de changer d'avis, et la plébiscitent aujourd'hui !

 

LE LYCOPÈNE, UN ATOUT MAJEUR

Pigment de la famille des caroténoïdes, le lycopène donne à la tomate sa couleur écarlate... mais, surtout, fait d'elle un chef-d'oeuvre pour la santé ! Car l'organisme ne sait pas fabriquer les caroténoïdes, qui ne peuvent donc être apportés que par l'alimentation. Or la tomate et ses dérivés (sauces, soupes ou jus...) représentent 85 % de nos apports en lycopène ! Il a été prouvé qu'en consommer plus de 6 mg/jour (l'équivalent de 2 tomates) a des effets bénéfiques sur la santé, notamment pour prévenir certains cancers, comme ceux du poumon, de l'oesophage, du pancréas et de l'estomac, mais également de la prostate, du sein et de l'utérus. Pour le cancer de la prostate, le bénéfice de la consommation a même été évalué récemment par une étude britannique : 10 portions de tomate par semaine réduiraient le risque de 18 %. C'est toujours grâce au lycopène, décidément fort bienveillant, que la tomate est l'une des meilleures amies de notre système cardio-vasculaire, notamment en luttant contre le mauvais cholestérol et en diminuant l'agrégation plaquettaire (qui facilite la formation de caillots sanguins). Des chercheurs ont ainsi pu montrer que plus l'apport de ce caroténoïde est important, plus le risque de problèmes cardiaques diminue. Les plus gros consommateurs de tomates connaîtraient ainsi un risque réduit de 26 % pour l'insuffisance cardiaque et de 17 % pour les maladies cardio-vasculaires. Enfin, le lycopène réduirait également le risque de diabète de type 2, et protégerait le capital osseux. On le met au menu tous les jours !

 

CRUE ET CUITE !

Selon les scientifiques, c'est à partir de 6 mg par jour que le lycopène exerce de vrais effets bénéfiques pour la santé, soit l'équivalent de 2 tomates. S'il vous paraît difficile de tenir ce rythme (surtout en hiver), rassurez-vous : le jus de tomate est une excellente alternative, et la sauce encore plus, car la cuisson augmente la biodisponibilité du lycopène, tout comme l'ajout de matière grasse. Autant de raisons pour remplacer les pâtes carbonara par une bonne sauce tomate maison à l'huile d'olive et au basilic, et abuser du jus de tomate (sans vodka bien sûr) à l'apéritif, un jus qui de surcroît présente un faible index glycémique !

 

SES ATOUTS SANTÉ

• Riche en fibres en eau et vitamines, elle est un aliment minceur remarquable.

• Le lycopène qu'elle contient en grande quantité exerce des vertus protectrices établies contre certains cancers, notamment de l'estomac et du côlon, mais également de la prostate et du sein.

• Le lycopène, toujours lui protège le système cardio-vasculaire, et éloigne le diabète de type 2.

• La tomate conserve toutes ses vertus quand elle est cuite, et notamment son taux de lycopène qui, en outre, est encore mieux assimilé.

 

ON LES PRÉFÈRE AVEC DU GOÛT !

On se plaint de trouver trop souvent des tomates bien rouges mais... fades et/ou farineuses. Plusieurs pistes pour ne pas être déçu :

• Ne pas les mettre au réfrigérateur. Une étude scientifique a montré que garder ses tomates au froid supprimait une bonne partie des 42 composés volatils responsables de leurs arômes.

• Éviter les trop calibrées. Trop rouge, trop ronde, trop parfaite ? Elle sera sans doute loin d'être aussi goûteuse qu'un spécimen un peu plus cabossé mais qui aura poussé en pleine terre dans un champ ou un jardin.

• Les faire pousser soi-même. La tomate n'a pas besoin de beaucoup de terre mais d'eau et de soleil. C'est un légume très facile à cultiver même avec quelques pots sur un minibalcon.

• Les choisir bio. Cela permet de ne pas devoir les peler (or la peau des tomates contient de très nombreux nutriments). D'autre part, des travaux scientifiques ont prouvé que la version bio contient plus de polyphénols antioxydants que celle produite en agriculture traditionnelle.

Les tomates bio meilleures pour la santé

Son CV. 18,4 Cal/100 g (pulpe de tomate crue) • Lipides 0,26 g • Glucides 2,26 g • Protéines 0,86 g • Fibres 1,2 g

Vu sur : https://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/les-bons-aliments/fruits-et-legumes/tomates-l-atout-coeur-620004 

 ..................................................

Il existe plusieurs milliers de variétés cultivées de tomates 

 
 
La sélection faite par les hommes a privilégié les plantes à gros fruits. On distingue cependant plusieurs catégories de tomates, selon le mode de croissance de la plante - indéterminé ou déterminé - et surtout selon le type de fruit :
 

  •  les variétés à fruit plat et côtelé, de type tomate de Marmande, dont le poids est élevé puisqu'il peut dépasser 1 kg ;

 

  • les variétés à fruit arrondi, dont le poids varie de 100 à 300 g, pour lesquelles il existe plus particulièrement de nombreuses variétés hybrides dont les fruits se conservent longtemps ;

 

  • les variétés à fruit allongé avec une extrémité arrondie, de type Roma, ou pointue, de type Chico. Ces dernières variétés sont surtout destinées à l'industrie. Elles ont toutes un port déterminé et leurs fruits répondent à un certain nombre de critères technologiques liés à leur transformation. Certaines de ces variétés se prêtent à la récolte mécanique ;

 

  • les variétés de petite dimension et de faible poids, tomate cerise, cocktail.

Des collections de cultivars de tomates sont entretenues dans différents pays pour préserver les ressources génétiques de l'espèce et des espèces voisines, notamment en Californie (États-Unis) le Tomato Genetics Resource Center (TGRC, centre de recherches génétiques sur la tomate), à Taïwan l'Asian Vegetable Research and Development Center (AVRDC, Centre asiatique de recherche et de développement du végétal) et en Russie le VIR (Institut Vavilov)2.

En France, la collection nationale de ressources génétiques de tomates est maintenue à la station INRA de Montfavet, un quartier d'Avignon. De nombreux collectionneurs cultivent des variétés anciennes, le plus important étant le conservatoire de la tomate, situé au château de la Bourdaisière à Montlouis-sur-Loire, qui conserve plus de 600 variétés anciennes, en continuant à les cultiver.

 

Principales formes de tomates : 1, aplatie - 2, légèrement aplatie - 3, arrondie - 4, haute et ronde - 5, en forme de cœur - 6, cylindrique - 7, en forme de poire - 8, en forme de prune

Dans les catalogues européens des espèces et variétés, figurent plus de 4 000 variétés inscrites de tomates3, dont plus de 480 dans le catalogue français4. Ces catalogues comprennent une majorité de variétés modernes, souvent des hybrides F1, mais aussi des variétés traditionnelles. En outre, pour répondre aux critiques formulées à l'égard des catalogues officiels par des jardiniers amateurs, plus de 170 variétés traditionnelles ont été ajoutées dans une « liste annexe des variétés sans valeur intrinsèque, dénommée précédemment en France : liste annexe des anciennes variétés pour amateurs »

Vu sur :  

(wikipedia.org/wiki/Liste_des_vari%C3%A9t%C3%A9s_de_tomates)